Accès membre

  • imagesadtdrapeau

    Paris

    blasonparis

    Depuis le 9 octobre 2001, Paris est la ville marraine du Porte-Avions R91 «Charles de Gaulle», de la Marine nationale.

    Visitez le site de la mairie de Paris : http://www.paris.fr

La Ville de Paris accueille les primo embarquants du porte-avions Charles de Gaulle

0j3a2926

Le lundi 4 Juin 2018, les primo embarquants du porte-avions Charles de Gaulle mettent pied à terre à l’Hôtel de Ville de Paris. Accompagnés d’un Lieutenant de Vaisseau pour les encadrer, nos jeunes engagés sont en tenue d’apparat, couverts du si disctinctif couvre-chef des matelots de la Marine Nationale : le bachi.

Accueillis par Catherine VIEU-CHARIER, adjointe à la Maire de Paris, chargée de la mémoire et du monde combattant, Correspondant défense, ils sont conduits ensuite dans le bureau d’Anne HIDALGO, pour une rencontre conviviale avec la Maire. Après un discours chaleureux sur l’importance du parrainage de la ville de Paris et sur l’engagement des jeunes, la Maire profite de ce moment pour présenter les objets d’art qui composent son bureau et notamment une grande photo du porte-avions Charles de Gaulle au centre de la pièce, qui vient souligner le profond attachement de la Maire de Paris pour ce lien priviligié. 

0J3A2926

1

Après ce moment de partage, la délégation est invitée à s’installer dans les tribunes de l’hémicycle du Conseil de Paris pour assister à la reprise des débats. Mis à l’honneur par un hommage d’Anne HIDALGO, la délégation est vivement applaudie et photographiée par les élus. Pour parfaire ce début de journée au cœur de ce lieu du pouvoir municipal, nos marins découvrent les différents salons qui en composent l’Histoire. Curieux et admiratifs des immensités architecturales de l’Hôtel de Ville, la délégation profite, entre deux faits historiques, des jeux de miroirs et de lumière pour faire quelques selfies et autres photos du groupe.

2

A 16h, la délégation est conduite à travers Paris pour rejoindre la Fondation Charles de Gaulle, rue de Solferino, au cœur du 7ème arrondissement. Reçus chaleureusement par le Contre-Amiral BARRÈRE, directeur de la Fondation, la délégation est enthousiaste et reconnaissante de cette ferveur qui anime chacun de leurs déplacements. Après s’être imprégnée de l’atmosphère du bureau du Général de Gaulle, la délégation prend la route de l’Arc de Triomphe pour la cérémonie du ravivage de la flamme du Soldat inconnu.      

3

Peu avant le début de la cérémonie, la délégation a rencontré des parisiens avec lesquels les marins ont pu échanger, prendre quelques photographies et pour les plus intrigués d’entre-eux, s’attarder sur le fameux pompon rouge du bachi. La cérémonie s’est déroulée en présence d’une classe élémentaire du 8ème, accompagnée de la Maire de l’arrondissment, Jeanne d’HAUTESSERRE. Cette rencontre leur a permis de partager un moment solennel avec les marins et des vétérans de la Seconde Guerre mondiale.

4

La force des symboles prend ici toute sa consistance, le ravivage de la flamme de la main du Lieutenant de Vaisseau, d’un matelot, d’un enfant et de la Maire offre aux primo embarquants la possibilité de prendre l’entière conscience de leur engagement, sous le regard émerveillé et respectueux des participants. Un matelot confiera plus tard, « l’immense fierté » que procure le regard des gens qui, au delà de l’admiration, exprime une reconnaisance palpable.

Enfin pour finir la journée, la délégation est conviée au port de La Bourdonnais pour un dîner-croisière sur « Le Diamant », navire amiral de la flotte des Bateaux Parisiens. Les marins ont ainsi eu la chance d’explorer Paris au fil de la Seine. L’espace d’une soirée, « les gars de la Marine » ont fait vibrer les Bateaux Parisiens, au rythme du porte-avions Charles de Gaulle.  Sur terre comme sur mer, les matelots de la Marine Nationale ont bel et bien conquis les cœurs.

5

Le mardi 5 Juin, après un repos bien mérité, la délégation est accueillie au Mont Valérien par Antoine GRANDE, directeur des Hauts lieux de la mémoire nationale d’Ile de France. Impressionnés tant par la richesse historique du lieu que par les explications fines et vivantes d’Antoine Grande, les marins de la délégation ne perdent pas un instant de la présentation du mémorial de la France Combattante et de l’atmosphère si particulière du lieu. La visite les mène jusqu’a la chapelle du Mont Valérien, héritage de son passé religieux, qui pendant l’occupation servait de lieu de « transit » pour les condamnés à mort. Ce témoignage puissant a particulièrement retenu l’attention de nos marins qui, à la lecture des graffitis de fortune réalisés à la hâte par les condamnés seulement quelques heures avant le peloton d’exécution, ne peuvent se retenir d’exprimer leur profond respect et admiration face à l’engagement infaillible de ces hommes.

Capturea

7

Puis, sur les pas d’Honoré d’Estienne d’Orves, l’émotion est grande le long du chemin des fusillés. Longeant l’imposant rempart du fort et descendant vers la tristement célèbre clairière au 1008 fusillés, l’histoire se contracte et le temps semble se suspendre aux lèvres de ce matelot qui, la voix emplie de solennité, lit l’une des dernières lettres d’Honoré, devant les regards fixes de l’équipage et les yeux impressionés d’une classe élémentaire suresnoise. Malgré leur jeune âge et la compléxité des évènements, tous ressentent visiblement toute la profondeur des dernières paroles d’un condamné. Une gerbe de fleurs est déposée au nom de l’ensemble de l’équipage sur fond de Marseillaise, où l’espace d’un instant jeunes élèves et marins ne forment qu’un seul corps pour célébrer les héros de la France Combattante.

8

À la suite de ce moment  « important pour la délégation », selon les mots du Lieutenant de Vaisseau, les marins sont accueillis à l’Hôtel national des Invalides par le Gouverneur Militaire de Paris, le Général de corps d’Armée Bruno LE RAY, qui convie nos jeunes engagés à un buffet déjeunatoire.

9

Après cette pause méridienne, la délégation est reçue par le Général BAPTISTE (2s), délégué national de l’Ordre de la Libération, pour une présentation des collections du musée. S’ensuit alors une visite libre permettant à chacun des marins de s’approprier la part d’histoire qui lui tient à cœur.

Enfin, la délégation parcourt les Invalides pour une immersion complète dans ce lieu extraordinaire, avec notamment la visite du Dôme et du Tombeau de Napoléon. La journée s’achève par la découverte du Musée des Plans et Reliefs, qui abrite notamment une maquette du XVIIème siècle représentant Toulon et son port. Aux dires de ses actuels occupants, l’endroit a conservé toute la beauté et l’authenticité de ses origines. Le voyage retour approche et c’est avec émotion que la délégation remonte dans le car la conduisant vers la gare de Lyon.

10

11

La Mairie de Paris est fière et honorée de cette relation si privilégiée qui l’unit au porte-avions Charles de Gaulle. En recevant régulièrement ces jeunes marins, la Ville de Paris réaffirme sa volonté d’approfondir et d’amplifier le lien entre l’armée et la Nation, et de pérénniser durablemment l’engagement et l’échange, deux valeurs fondatrices au coeur du parrainage avec le porte-avions Charles De Gaulle.

 

 

 

 

 

Paris
909
Actualités ville

PARTENAIRE OFFICIEL

SGA

MEMBRES ASSOCIÉS

nexter
airbus
thales
dcns

CONTACT

Association des Villes Marraines
des forces armées

B.P. n° 90054
92133 Issy-les-Moulineaux Cedex
infos@villes-marraines.org