Accès membre

2015 Sète - L'Aviso Enseigne de Vaisseau Jacoubet

 

 

L’Aviso Enseigne de Vaisseau Jacoubet

Un outil essentiel de la Défense Globale.

 

 Enseigne de Vaisseau Jacoubet à quai, Sète

 

Classe de Défense et de Sécurité Globale 2014-2015

3eme PP1, LP Joliot Curie de Sète.



Introduction

Nous avons suivi l’Aviso Enseigne de Vaisseau Jacoubet durant quelques mois et allons poursuivre cette liaison jusqu’à la fin de l’année scolaire. Nous avons échangé par mail avec l’équipage de l’Aviso. Nous avons appris des choses sur la vie sur les mers et les océans. Nous avons lu avec beaucoup d’intérêt les lettres qu’ils envoyaient aux familles restées à terre et dont nous étions aussi destinataires. Nous avons choisi de faire une recherche sur le bâtiment afin d’en savoir plus. C’est ce travail que nous vous présentons maintenant.

Nous savons déjà que nous suivrons les nouvelles de l’Aviso Jacoubet tout au long de notre scolarité à Sète et certainement plus tard. Merci à l’ensemble au commandant et à l’ensemble de l’équipage de l’Aviso.

Dans un premier temps nous allons vous présenter ce qu’est un Aviso. Ensuite, nous présenterons l’Aviso Jacoubet plus en détail et qui est celui qui lui a donné son nom. Enfin, nous verrons les différentes missions de l’Aviso et en particulier la mission Corymbe que nous avons pu suivre cette année.

L'aviso en haute mer

Qu’est-ce qu’un Aviso ?

Aviso marine à voileL'aviso est à l'origine un navire de guerre, rapide et de faible poids, qui servait à relier les bateaux de commandement avec les autres navires d’une flotte ou avec les ports. A la base, Aviso est une expression espagnole « Barca de aviso » qui peut être traduit par « bateau de communication», « bateau d’alerte ». En français, il existe les termes bâtiment d'avis ou navire d'avis, mais ils ne sont pas utilisés de nos jours.

Avec la disparition de la marine à voile et avant l'usage généralisé de la radio, le terme est resté pour désigner un bâtiment rapide assez petit, utilisé pour les mêmes fonctions de communications entre escadres ou avec la terre. Puis il a été utilisé dans la Marine nationale française pour désigner un bâtiment stationnaire outre-mer : les avisos coloniaux, puis les avisos escorteurs.

Le terme aviso désigne aujourd'hui, une classe de petite corvette qui avait pour mission principale la lutte anti-sous-marine et antinavires. Il existe plusieurs types d’Aviso dans la Marine nationale depuis la Première Guerre Mondiale :

    les trente avisos de la classe Arras à la fin de la Première Guerre mondiale,

    les neuf avisos coloniaux de la classe Bougainville de 1932 à 1958,

    les treize avisos dragueurs de la classe Élan de 1938 à 1963,

    les six avisos de la classe Chamois de 1938 à 1966,

    les neuf avisos-escorteurs de la classe Commandant Rivière de 1962 à 1996,

    les dix-sept avisos type A69 de la classe d'Estienne d'Orves de 1976 à 2012

L’Aviso Enseigne de Vaisseau Jacoubet appartient à la dernière classe. Cette classe est née au milieu de la Guerre Froide. Ses missions principales étaient alors en lien avec ce conflit. L’armement des Avisos est très divers, ce qui lui permet de se défendre contre presque tous les dangers qu’ils pourraient croiser. Pendant la Guerre Froide les Avisos devaient donc patrouiller sur l'océan Atlantique à la recherche des sous-marins de la marine soviétique et les contrer en cas de guerre déclarée. Avec la fin de la Guerre Froide, les Avisos de la classe d’Estienne d’Orves ont changé de mission. Ils effectuent maintenant surtout des patrouilles et des missions d’assistances. Ils sont engagés aussi lors de missions de l’ONU comme par exemples des blocus ou des contrôles de pavillons, mais aussi de la lutte contre les filières de drogues, l’évacuation de population quand elle est en danger…

Aviso moderne

L’Aviso Enseigne de Vaisseau Jacoubet

L’Aviso Enseigne de Vaisseau Jacoubet a été mis en service le 23 octobre 1982.fanion

Ses principales caractéristiques sont :

    Longueur : 80,50 mètres

    Largeur : 10,30 mètres

    Tirant d'eau : 5,60 mètres

    Tirant d'air : 26 mètres

    Vitesse maximale : 24 nœuds

    Distance franchissable à 15 nœuds : 4 500 nautiques

    Déplacement : 1.175 tonnes et 1.410 tonnes à pleine charge

    Autonomie : 15 jours

Énergie et propulsion

    2 moteurs diesels SEMT Pielstick 12 PC 2 V 400

    2 hélices à pas variable

    12.000 ch (8.825 kW)

    Puissance électrique : 2 diesels alternateurs de 320 kW + 1 diesel alternateur de 200 kW soit 840 kW

Équipements électroniques

    1 radar de veille surface-air basse altitude DRBV-51 A

    1 radar de navigation DRBN-34 ou DRBV-38 ( Racal Decca) ou 1007 (Kelvin Hugues)

    1 radar de conduite de tir DRBC 32 E

    1 détecteur de radar ARBR-16

    1 sonar de coque DUBA-2

    2 lance-leurres Dagaie

    1 bruiteur remorqué SLQ-25 Nixie

    1 système de télécommunications par satellite Syracuse

    1 système de transmission par satellite Inmarsat

Équipements

    1 drôme EDO

    Système d'aide au commandement SEAO/OPSMER

Armement

    4 missiles Exocet mer-mer 40

    1 rampe double Simbad pour missiles Mistral6

    1 tourelle de 100 mm AA Mle 68

    2 canons de 20 mm AA F2

    4 mitrailleuses de 12,7 mm

    4 tubes lance-torpilles de 550 mm L 5 mod 4

Équipage

    7 officiers

    58 officiers mariniers

    24 quartiers-maîtres et matelots

L’équipage se décompose en plusieurs spécialités. On parle de « services ».

Poste ArmesIl y a par exemple le poste « Armes » qui est spécialisé dans l’armement de l’Aviso, de sa défense mais aussi de la surveillance des avions et navires à l’œil nu ou avec des jumelles. Ils sont aussi chargés d’entretenir l’armement du navire.

Service PontLe service « Pont » qui est chargé des secteurs vivres, administration, manœuvre, service courant, santé, et timonerie. Un rôle essentiel pour le bon fonctionnement de l’Aviso.

Les MoteursIl y a aussi un autre aspect dans le service « Pont », c’est eux qui interviennent pour réaliser des opérations comme les ravitaillements à la mer, treuillages hélico, mouillages, remorquages, prises de coffres…

Il y a aussi les matelots en charge des machines, des moteurs très impressionnants. Ils ont d’ailleurs des noms : Clara et Thallia ! Nous ne savions pas que des moteurs pouvaient avoir des noms. C’est peut-être un signe de leur importance à bord. Sans eux, on n’avance pas !

Il y a aussi d’autres services, tout aussi importants comme le service d’informations et de communications, le service Infirmerie, ou encore le service vivres-cuisine.

Une journée type à bord de l’Aviso Jacoubet, commentée par un membre d’équipage :

Exemple de journée

Quelques photographies lors de la mission Corymbe :

Le sport à bord !  Plongeur 

Service médical  Poste radar

Un exemple de mission de l’Aviso Jacoubet : la mission Corymbe

 

15Les missions de l’Aviso sont nombreuses et diverses. Ainsi il a participé récemment à l’opération Serval comme escorteur et dernièrement à la mission Corymbe. C’est surtout cette mission que nous avons pu suivre à travers les lettres de l’Aviso. Lors de la mission Corymbe, il y avait à bord du Jacoubet, total 97 personnes dont 4 femmes. Le plus jeune avait 18 ans et le plus âgé 50 ans.

Nous avons demandé à l’équipage ce qu’était la mission Corymbe. Voici la réponse du matelot Buffet :

« En place depuis 1990, la mission Corymbe est un déploiement naval quasi-permanent, en mesure de soutenir les forces armées françaises dans le golfe de Guinée, zone d’intérêt stratégique pour la France. Le dispositif est armé par un bâtiment de la Marine nationale, ponctuellement renforcé par des moyens terrestres et aéromobiles embarqués, et peut soutenir à tout moment tout type d’opérations dans la région. De plus, cette présence quasi-permanente permet de coopérer avec les marines régionales amies, et ainsi de participer à leur montée en puissance et au développement de capacités africaines autonomes. C’est la 127éme mission qui porte le nom Corymbe!!! Beaucoup de bâtiments français nous ont précédés. »

On peut ajouter que la mission Corymbe consiste aussi :

-l'évacuation de ressortissants. La Marine nationale se tient prête à évacuer les ressortissants français et européens résidant en Afrique de l'Ouest.

-le soutien des forces françaises déjà sur place avec par exemple des entraînements communs avec l'armée de terre et l'armée.

-la lutte contre la piraterie et le brigandage.

-le maintien d’un lien fort entre la France et les pays qui bordent le Golfe de Guinée avec par exemple des rencontres officielles à bord des bâtiments, des manœuvres conjointes avec les marines des pays, par des actions de formation de leurs marins, d'aide aux populations.

Lors de sa mission l’Aviso Jacoubet a aussi escorté le BPC Tonnerre, un bâtiment de commandement et de projection lors de sa livraison de matériel médical dans le cadre de l’épidémie Ebola. On peut voir ici l’Aviso et le BPC au mouillage.

Il a aussi aidé à rénover un centre d’accueil pour les enfants de la rue à Dakar.

Zoom sur : l’Enseigne de Vaisseau Jacoubet

Il naît à Toulouse le 6 mars 1913. Il concrétise sa vocation pour la Marine en entrant à l'École navale en 1932.Enseigne de Vaisseau Jacoubet

Après une affectation à Toulon à bord du contre-torpilleur Chevalier Paul suivie d'une période d'instruction au pilotage à Villacoublay, il rejoint en 1940 l'escadrille AC2 des forces maritimes du Nord en tant que pilote de chasse sur Potez 631.

Pilote ardent, plein de sang-froid et de détermination, il n'hésite pas, lors d'un sévère bombardement de son terrain de stationnement le 10 mai 1940, à décoller et prendre en chasse les avions ennemis qu'il attaque seul, avec une grande témérité, déchargeant toutes ses armes et poussant son attaque à fond malgré le feu ardent de l'adversaire.

André JACOUBET trouve la mort un mois plus tard, le 17 juin 1940, en combat aérien, au-dessus du territoire de la commune de Lecaude, dans le Calvados. Il était accompagné au cours du combat de son radio, le second maître radio volant Joseph SCOUEZEC. Ils reposent tous les deux, sous une même tombe, dans l'enclos paroissial de Lecaude.

Par arrêté du 12 septembre 1940, l'enseigne de vaisseau JACOUBET est inscrit au tableau spécial pour le grade de chevalier de la Légion d'honneur pour faits de guerre, et cité à l'ordre de l'armée de mer le 17 septembre 1940.

Son nom est porté aujourd'hui par un aviso du type A 69, mis en service en 1982, une rue de Toulouse (quartier de Lardenne), ville marraine de l'aviso Enseigne de vaisseau JACOUBET, ainsi que par le centre de préparation militaire marine (PMM) de cette ville.

Le second maître Joseph SCOUEZEC, tué en combat aérien le 17 septembre 1940, a été fait chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume par décret du 24 juillet 1944.

Source : Site de la Marine Nationale Française.



Conclusion

Pour conclure, on peut dire que l’Aviso Jacoubet représente la défense globale. Il assure des missions de défense militaire, mais aussi des actions d’aide aux populations, et permet à la France de rayonner dans le monde.

Nous voulions remercier le commandant et l’équipage de l’Aviso Jacoubet ainsi que tous ceux qui nous ont aidés lors de ces quelques mois. Merci beaucoup pour la grande disponibilité de l'équipage de l'Aviso Jacoubet.

Pour écrire ce document nous avons utilisé plusieurs sources que nous vous livrons ici :

Sources :

-Wikipédia, sur internet

-Le site de la Marine Nationale sur internet

-Le site de la Défense Nationale sur internet

-Les Newsletters de l’Aviso Jacoubet

-Notre correspondance avec les marins de l’Aviso (un grand merci à eux et à leur disponibilité).

-Les photographies sur le Jacoubet ont été prises par les matelots de l’Aviso. D’autres proviennent du service d’information des armées et la photographie de couverture a été prise en 2014 par un enseignant de la classe lors de la visite de l’Aviso à Sète.

Nous espérons pouvoir rencontrer l’équipage lors d’une visite de l’Aviso à Sète et les inviter à visiter notre établissement en échange d’une visite de l’Aviso Jacoubet !

La classe de 3eme PP1 du lycée Joliot Curie de Sète :

Affortit Pascaline, Balouk Mustapha, Bartolini Théva, Bauquier Joy, Blanc Rafaël, Boudouf Ibrahim, Celinain Malcom, Cypres Florent, Deck Erwann, Flouchip Yohann, Gil da Costa Victor, Guey Nicolas, Herrera Rudy, Hug Florian, Hurtiger Mathias, Karabulut Mounir, Lavieville Romaric, Malacarne Fiona, Marie Océane, Monnier Mélissa, Partinico Maria, Posadas Emmanuelle, Raymond Jordan, Zountar Aïda.

Concours 2014/2015

PARTENAIRE OFFICIEL

SGA

MEMBRES ASSOCIÉS

nexter
airbus
thales
dcns

CONTACT

Association des Villes Marraines
des forces armées

B.P. n° 90054
92133 Issy-les-Moulineaux Cedex
infos@villes-marraines.org